Accueil > actualités reportages > Comprendre > Comment prolonger la durée de conservation et éviter le gaspillage (...)

Comment prolonger la durée de conservation et éviter le gaspillage alimentaire

Selon un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, environ un tiers de tous les aliments produits pour la consommation humaine est perdu ou gaspillé chaque année dans le monde. Dans l’UE, cette quantité atteint près de 20 % de la totalité de la production alimentaire.

Outre les préoccupations éthiques et économiques, le gaspillage alimentaire a aussi des impacts environnementaux. Il est donc de plus en plus nécessaire de développer des matériaux d’emballage innovants qui maintiennent ou prolongent la durée de conservation des denrées alimentaires afin de réduire les déchets alimentaires. C’est précisément ce défi que le projet YPACK, financé par l’UE, doit relever en créant des emballages écologiques sous forme de barquettes et de films protecteurs, qui assureront une plus longue conservation des aliments dans le respect de la propreté de l’environnement. Une équipe de chercheurs financés par l’UE a mis au point un procédé d’emballage compostable de plus faible empreinte carbone et aquatique. L’emballage YPACK durable est obtenu à partir de sous-produits alimentaires comme le lactosérum et la coque d’amande qui pourraient par ailleurs être jetés. L’emballage compostable YPACK est obtenu à partir d’un biopolymère durable, le poly(3-hydroxybutyrate-co-3-hydroxyvalérate) produit à partir du lactosérum et de micro-cellulose issue de la coque d’amande. Comme détaillé dans un article, « YPACK a montré que l’intégration d’oxyde de zinc et d’huile essentielle d’origan confère aux biopapiers utilisés comme emballage alimentaire un effet protecteur contre la contamination bactérienne ».

Une alternative biodégradable

Le même communiqué indique que l’alternative YPACK à l’emballage alimentaire traditionnel en plastique peut se biodégrader en 90 jours. « Ces nouvelles découvertes montrent le potentiel du bio-emballage actif sur l’allongement de la durée de conservation des produits frais comme la viande, les fruits et les légumes ainsi que les pâtes fraîches. » Dans le même article, le docteur José María Lagarón, du Conseil de recherche national espagnol, coordinateur du projet YPACK, déclare : « Nous envisageons un avenir très brillant pour les matériaux d’emballage recyclés, aussi longtemps que l’emballage sera fonctionnel. Cela veut dire qu’il peut se substituer aux matériaux non respectueux de l’environnement. Le point clé est l’emballage qui, en fin de vie, peut être géré avec le reste des déchets organiques. » L’article souligne les propriétés antimicrobiennes de l’oxyde de zinc et des composés de l’huile d’origan qui ont un effet protecteur vis-à-vis des bactéries Staphylococcus aureus et Escherichia coli, toutes deux responsables d’intoxications alimentaires. « Les chercheurs ont aussi défini un ratio optimal entre l’huile essentielle d’origan et les effets antibactériens à court terme (15 jours) et l’oxyde de zinc et les mêmes effets à moyen terme (jusqu’à 48 jours) en systèmes “ouverts” et “fermés”. »

Le docteur Lagarón explique que ce ratio a été observé pour des emballages scellés comme ceux utilisés pour « les fruits tranchés et la viande crue, ainsi que pour des emballages refermables comme ceux des sachets de pain et des tranches de jambon. Les emballages refermables sont prévus pour des ouvertures et des fermetures répétées et ils est donc important qu’ils conservent leurs propriétés antimicrobiennes ». Selon l’article, les partenaires de YPACK constatent « qu’une amélioration de 20 et de 50 pour cent de la durée de conservation permet de réduire respectivement le gaspillage alimentaire de 12,5 et 30 pour cent ».

Le projet YPACK (HIGH PERFORMANCE POLYHYDROXYALKANOATES BASED PACKAGING TO MINIMISE FOOD WASTE) s’achèvera en octobre 2020. Une étude préliminaire sur la consommation menée par YPACK a montré que les consommateurs ne sont pas hostiles à l’utilisation de coques d’amande et de lactosérum dans les matériaux d’emballage alimentaire. Un communiqué de presse sur le site web du projet indique que des tests concernant la durée de conservation des produits alimentaires conditionnés en emballage YPACK « sont prévus sur la viande, les cornichons et les pâtes fraîches ».

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site : https://www.ypack.eu



Emplois hôteliers

SortirDuPetrole.com

Hotels Econews- 4, rue des Tennerolles, 92210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales