Accueil > actualités reportages > Agenda > Le réseau mondial de la pêche artisanale se retrouve à Slow Fish

Le réseau mondial de la pêche artisanale se retrouve à Slow Fish

Slow Fish 2017, l’événement international dédié au monde de la mer et aux écosystèmes marins ouvre ses portes aujourd’hui jusqu’au 21 mai 2017, sur le vieux port de Gênes (Italie), en accueillant des communautés de pêcheurs de Terra Madre, venus des quatre coins du globe.

Le réseau Slow Fish est constitué de plus de 100 communautés pratiquant la pêche artisanale. Selon la FAO, environ 90% des 35 millions de pêcheurs de la planète travaillent dans le secteur de la pêche artisanale. Les prises annuelles totales imputables à la pêche artisanale sont quasi égales à celles de la pêche industrielle, alors que les aides totales qui lui sont destinées ne représentent que 1/5 des aides destinées à l’industrie.

Plusieurs communautés artisanales participeront à Slow Fish

La baie accueillant la ville de Melbourne en Australie, fournit des fruits de mer à la population autochtone locale depuis des dizaines de milliers d’années. Il ne reste aujourd’hui plus que dix pêcheurs. L’un d’entre eux, Kat McAdam, viendra partager son expérience auprès du public de Slow Fish, accompagné de Rosa Mitchell, chef de Melbourne d’origine sicilienne impliquée dans la promotion des sardines fraîches, comme alimentation durable et saine. Du Brésil, la communauté des conchyliculteurs de Porto Belo et la communauté des ostréiculteurs des mangroves du Recôncavo Baiano apportera sa contribution à cet évènement. Une délégation de pêcheurs des Caraïbes présentera son projet Slow Fish Caribe, impliquant divers acteurs, des producteurs de la Sentinelle du crabe noir de Providencia (Colombie) aux communautés de petits pêcheurs du Costa Rica qui affrontent l’invasion du pez león, une espèce originaire de l’océan Pacifique et Indien. Le projet est financé par l’Union européenne, dans un but de conservation de la barrière de corail et de la biodiversité côtière.

Slow Food Tanganica viendra présenter son projet de protection de la biodiversité lancé en RDC sur le lac Tanganica : l’un des plus grands lacs d’Afrique et des plus poissonneux, aujourd’hui menacé par la pollution, la surpêche, la déforestation, l’érosion et l’ensablement.

Au Danemark, les familles de pêcheurs de Thorupstrand , la plus vaste zone côtière d’Europe du Nord, ont mis tous leurs biens en commun et réussi à combattre la spéculation, suite à la décision du gouvernement de privatiser les activités de pêche. Les pêcheurs seront présents sur le marché de Slow Fish, aux côtés du chef Kresten Kronborg, grand promoteur des produits et des communautés locales du Jutland.

Lidér Gòngora, coordinateur de l’Assemblée nationale sur l’environnement en Équateur, et Esteban Tapia, référent de l’Alliance Slow Food des chefs en Équateur, racontera le travail du peuple des mangroves, qui résiste aux tentatives d’usurpation. Il ne reste aujourd’hui plus que 30 % de l’écosystème des mangroves. Les 70 % restants ont été rognés avec le temps, principalement par l’élevage industriel de crevettes.

La communauté de Ngaparou, sur la côte sud de Dakar au Sénégal, a créé un comité local de gestion (qui compte aujourd’hui 450 personnes), sous la pression croissante de la pêche industrielle. Le comité répartit les ressources de manière équitable et responsable. Abdoulaye Papa Ndiaye, secrétaire général du Comité Local des Pêcheurs (CLP) de Ngaparou interviendra lui aussi.

Les pêcheurs de la Loire présents

Seront également présents : les représentants du peuple Syilx vivant sur le territoire d’Okanagan au Canada, où le saumon rouge (Sentinelle Slow Food) a toujours constitué une ressource alimentaire de première importance ; les pêcheurs de la Loire, qui ont renommé le fleuve et veulent aujourd’hui réhabiliter l’antique garum, une sauce fermentée issue des restes de filets de poisson, très prisée des Romains ; les producteurs de la Sentinelle de la morue de Møre og Romsdal (Norvège) qui proposeront sur le marché une dégustation de klippfisk (morue) ; les habitants de Kerkennah en Tunisie, qui tentent de redonner vie à une technique de pêche très ancienne et unique au monde, la charfia.

http://www.slowfood.com/

http://slowfish.slowfood.it/en/



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales