Accueil > Installations et fournitures > Généralités > Quand les co-produits de l’agriculture deviennent les futurs isolants (...)

Quand les co-produits de l’agriculture deviennent les futurs isolants thermiques des bâtiments

Le développement de matériaux biosourcés issus de co-produits de l’agriculture pour l’isolation thermique des bâtiments représente des enjeux environnementaux et économiques d’avenir.

Face à des enjeux climatiques et énergétiques croissants, le développement de matériaux d’origine biosourcée connaît un essor important depuis une dizaine d’années. Ces matériaux, composés en tout ou partie de matières végétales issues de la biomasse et notamment de l’agriculture, apportent de nombreuses solutions notamment dans le secteur du bâtiment et de l’éco-construction. Loin de s’inscrire en porte à faux avec les enjeux alimentaires, l’utilisation des sous-produits issus de l’agriculture (broyats, tiges, etc.) est aujourd’hui considérée comme une double opportunité. D’une part, elle permet aux agriculteurs de trouver de nouveaux débouchés pour leurs " déchets" agricoles, et d’autre part elle fournit au secteur du bâtiment des isolants possédant de grandes qualités thermiques et un écobilan meilleur que les isolants minéraux ou synthétiques traditionnels.

Au-delà des enjeux environnementaux, les perspectives économiques sont attractives puisque ce sont plus de 400 000 logements qui devront être rénovés chaque année d’ici 2020, et répondre à des normes de plus en plus contraignantes en matière d’économie d’énergie.

Une gamme de biomatériaux à base de tiges de tournesol

Parmi ces nouveaux matériaux, les atouts de la tige de tournesol vont favoriser la création de matériaux d’isolation pour les bâtiments existants. Deux constats : l’écorce des tiges de tournesol assure une excellente fonction mécanique, tandis que la moelle confère aux panneaux isolants de bonnes propriétés thermiques.

L’originalité de la démarche a consisté à utiliser une matrice biosourcée (à base de chitosane). Ces liants à base de biopolymères naturels (polysaccharides) sont variablement formulés en fonction des propriétés désirées. L’isolant développé présente ainsi un coefficient de diffusion thermique de 0,06 watts par mètre-kelvin. Selon la norme française Réglementation Thermique 2012, un matériau est considéré comme isolant si sa conductivité thermique est inférieure à 0,065 watts par mètre-kelvin.
Enfin, cette approche prend en compte la viabilité à long terme de ces nouveaux matériaux et de leurs applications industrielles. Toute une gamme de biomatériaux sera développée pour l’isolation thermique de bâtiments, et de nouveaux projets sont déjà à l’étude.



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales