Accueil > actualités reportages > Initiatives > Singapour : de futures cabanes dans les arbres au sein du zoo national (...)

Singapour : de futures cabanes dans les arbres au sein du zoo national conçues selon le concept biophilique

Singapour est en train de construire un complexe Super Low Energy (SLE) dans son zoo national. Ce projet appelé Mandai, vise à soutenir la flore et la faune singapouriennes et à devenir à terme une destination pour les amoureux de la nature.

WOW architects, en partenariat avec Banyan Tree Holdings Limited, concevra ces cabanes dans les arbres sous forme de graines. Perchées au-dessus de la canopée, 338 chambres offriront de superbes paysages de forêt tropicale.

C’est quoi le concept biophilique ?

Biophilie est un terme formé à partir de la racine grecque « bio » (la vie) et du suffixe « phile » (« qui aime »). Le concept de biophilie, tel que défini par le psychanalyste américain Erich Fromm, est donc l’amour de tout ce qui est vivant.

Dans les années 1980, le psychologue américain Edward O. Wilson avance l’idée que les humains ont une tendance innée à se chercher des liens avec la nature et avec d’autres formes de vie. Il nomme cette idée « l’hypothèse de la biophilie », un besoin spontané d’autres formes de vie. La Biophilie revêt donc une grande importance pour la santé et le bien-être dans l’environnement bâti des humains. Le lien instinctif entre l’humain et d’autres organismes vivants existe bel et bien.

La conception biophilique ou Biophilic Design (en anglais) utilise quelques principes simples pour créer une approche centrée sur l’homme lors de la conception des bâtiments et des espaces, tant intérieurs qu’extérieurs, à la fois esthétiquement beaux et spirituellement sains afin de satisfaire ce besoin fondamental. Alors que de plus en plus de personnes se concentrent sur leur carrière, le calme, la sérénité et une vie saine peuvent être difficiles à réaliser sans l’aide de la nature et d’un design intelligent.

Les théoriciens, chercheurs, scientifiques et architectes ont travaillé durant des décennies pour définir les aspects de la nature qui impactent le plus sur la satisfaction de l’Homme par apport à son environnement bâti.

Conformément à ce principe, la moitié des arbres sera préservée des cabanes sur le site et de nouvelles espèces d’arbres indigènes seront même plantées. Du point de vue des installations, les panneaux solaires, la ventilation naturelle et la climatisation en mode mixte seront utilisées. Du point de vue des hôtes, ils seront invités à réduire leur empreinte carbone en éliminant de manière appropriée les déchets alimentaires et à participer consciemment à la préservation de l’environnement par le biais d’activités pratiques.

Comment la conception biophilique a-t-elle commencé à Singapour ?

Au 19e siècle, Singapour était recouverte de jungles luxuriantes, mais ces forêts avaient été défrichées pour être plantées et développées au début du 20e siècle.

À partir de 1967, les urbanistes ont eu une vision écologique de Singapour. Le Premier ministre Lee Kuan Yew a mis en œuvre le plan directeur de Garden City. L’objectif était de créer des espaces esthétiques pour les résidents et les visiteurs et d’illustrer un gouvernement efficace et engagé. De Raffles Place à Orchard Road et Marina Bay, les arbres et la verdure sont parfaitement intégrés dans les monuments.

Les principes de la conception biophilique

Ils sont regroupés en trois catégories :

  • Nature dans l’Espace
  • Analogies Naturelles
  • Nature de l’Espace

Ces principes qui se basent sur la science et la psychologie, expriment les relations entre la nature, la biologie humaine et la conception de l’environnement bâti et permettent de reconnaître et d’articuler les éléments individuels qui constituent la conception biophilique.

Concernant la Nature de l’Espace elle englobe quatre modèles de conception biophilique :

  • Perspective - Une vue imprenable faite pour la surveillance et la prévision. Les principes utilisant la perspective prennent en compte un plus grand angle ou un aperçu plus global de son environnement immédiat. Les éléments de design d’intérieur qui représentent au mieux ce principe comprennent l’ajout de balcons, de fenêtres surdimensionnées ou de puits de lumière, de mezzanines, d’espaces ou de bureaux ouverts, de cloisons et de murs en verre ou transparents et de chambres offrant des vues ininterrompues.
  • Refuge - Un endroit pour se retirer des conditions environnementales. le principe de Refuge est basé sur le fait de pouvoir avoir une vue d’ensemble de son environnement, tout en étant à l’abri, en situation protégée, loin de l’effervescence des zones d’activité. Un cocon acoustique au sein d’un bureau à ciel ouvert, par exemple, fournit un refuge sûr qui permet de se concentrer, loin du bruit ou des stimuli extérieurs, tout en pouvant continuer à observer le monde autour de soi.
  • Mystère - La promesse d’une richesse d’informations, par le biais de vues partiellement obscurcies ou autres dispositions sensorielles qui incitent l’individu à voyager plus profondément dans l’environnement. Le succès du principe de Mystère réside dans l’anticipation de ce qui pourrait apparaître au coin du mur, en suscitant une réaction humaine forte et indéniablement agréable.
  • Risque - Une menace identifiable couplée avec une sécurité fiable. Qu’il s’agisse d’un chemin de randonnée à flanc de falaise, ou d’un mur en verre surplombant un paysage urbain, le principe de Risque/Péril déclenche en l’humain une montée d’adrénaline au seuil du sentiment de sécurité.


Emplois hôteliers

SortirDuPetrole.com

Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales