Accueil > actualités reportages > Initiatives > Traite des êtres humains : Marriott International a formé 500 000 (...)

Traite des êtres humains : Marriott International a formé 500 000 collaborateurs de l’hôtellerie à en reconnaître les signes

Marriott International a annoncé avoir formé avec succès 500 000 collaborateurs de l’hôtellerie pour qu’ils puissent détecter des signes de traite des êtres humains dans ses hôtels et savoir comment y réagir le cas échéant, marquant ainsi un tournant dans la lutte mondiale contre ce crime multinational.

« La traite des êtres humains est une forme horrible de l’esclavage moderne piégeant des millions de personnes dans le monde », a déclaré Arne Sorenson, président et chef de la direction de Marriott International. « En éduquant et en habilitant notre personnel mondial à parler s’il voit quelque chose, nous ne défendons pas seulement les plus vulnérables de la société, nous protégeons également nos collaborateurs et nos invités, tout en respectant la valeur fondamentale de l’entreprise : servir notre monde. »

Marriott a lancé son programme de formation obligatoire sur la traite des êtres humains à l’intention du personnel sur site en janvier 2017, tant au niveau des propriétés que des franchisés, soulignant les efforts en cours en matière de durabilité et d’impact social qui sont mis en avant sur la plateforme Serve 360 : Doing Good in Every Direction. En tant que signataire du code ECPAT, Marriott International s’engage à sensibiliser le personnel des hôtels à reconnaître les indicateurs d’exploitation sexuelle commerciale et de travail forcé. Marriott International est également fier de s’associer à des partenaires spécialisés dans la protection des droits de l’homme pour soutenir le mouvement End It combattant la traite des êtres humains partout dans le monde.

« Malheureusement, les hôtels peuvent être malgré eux des lieux de rencontre pour ce crime odieux, et nous sommes fiers, en tant qu’entreprise hôtelière internationale soucieuse des droits humains, de former les employés des hôtels du système Marriott à l’identification des signes », a déclaré le Dr David Rodriguez, Directeur Général Monde des Ressources Humaines, Marriott International. « Il n’y a pas de solution facile, mais la lutte contre l’esclavage moderne commence par la sensibilisation, et nous avons maintenant un nombre important de collaborateurs capables de reconnaître un comportement suspect et de le signaler à la direction et, dans certains cas, aux forces de l’ordre. »

La formation a permis des sauvetages

Depuis le lancement du programme, la formation de Marriott a directement permis de soustraire des jeunes à des situations dangereuses.

Marriott a collaboré pendant près d’un an avec ECPAT-USA et Polaris, deux organisations à but non lucratif de premier plan spécialisées dans la lutte contre le trafic de personnes, pour développer et tester son programme de formation sur la lutte contre la traite des êtres humains. La société a pris des dispositions pour que le programme soit traduit de l’anglais en 16 langues supplémentaires, y compris le français, l’allemand, l’italien, le polonais, le portugais, le russe, l’espagnol et le turc et s’est également assuré qu’il pouvait être suivi en ligne ou en classe de telle sorte qu’il soit accessible et compréhensible dans les 130 pays et territoires où Marriott est implanté. Les instructions sont également ventilées par rôle, car les signes visibles vus par un employé de la réception peuvent différer de ceux vus par une femme de ménage ou un barman. L’Organisation Internationale du Travail estime que plus de 40 millions de personnes dans le monde sont soumises à l’esclavage moderne et l’UNICEF estime qu’environ 25 % de la traite concerne des enfants. La formation souligne que la présence d’un indicateur unique ne signifie pas qu’il y a traite d’êtres humains, mais que le personnel de l’hôtel doit signaler à la direction toute activité suspecte, ainsi que la combinaison d’indicateurs. Voici quelques exemples de signaux d’avertissement visibles et cachés que Marriott communique au personnel de son hôtel :

- Des hôtes avec peu de bagages et de vêtements ;

- Plusieurs hommes se faisant escorter l’un après l’autre dans une chambre ;

- Des personnes qui ne peuvent pas parler librement ou semblent être désorientées ;

- Des clients qui exigent peu ou pas de services d’entretien ménager.

Selon Rodriguez : « Dans un hôtel, nos collaborateurs ne voient pas nécessairement un trafiquant d’êtres humains attacher visiblement une victime ; il voit généralement un scénario beaucoup plus nuancé et plus difficile à détecter quand on ne sait pas ce qu’il faut chercher ». « C’est pourquoi il est si important d’aider les collaborateurs à identifier les signes d’exploitation sexuelle et de travail forcé. Ces informations permettent à nos associés de se sentir en confiance et de faire quelque chose pour aider, ce qui a déjà un important impact dans nos hôtels. »

Grâce à cette formation de Marriott, les employés des hôtels apprennent à observer et à prendre des notes sur ce dont ils se souviennent, puis à signaler leurs soupçons à un directeur, qui peut ensuite contacter les forces de police. De leur côté, les responsables des forces de l’ordre affirment que cette formation contribue à renforcer la sécurité dans leur communauté, car une sensibilisation accrue peut conduire à une plus grande réactivité à la fois à l’intérieur et à l’extérieur des murs d’un hôtel.

La formation a un impact bien au-delà des effectifs de Marriott International. Les clients de l’hôtel peuvent également apprendre les signes. Les invités qui soupçonnent un trafic ou un abus ne doivent pas s’adresser à l’enfant ou à l’adulte, mais alerter la direction ou la sécurité de l’hôtel, contacter les services de police locaux et/ou appeler le numéro d’urgence local si des situations graves se présentent.



TOUS LES ECO-PROFESSIONNELS

SortirDuPetrole.com

Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales