Accueil > Eau, air, énergie, déchets > Chambres > Médicaments retrouvés dans les chambres : qu’en faire ?

Médicaments retrouvés dans les chambres : qu’en faire ?

En 2015, 15 477 tonnes de déchets issus de médicaments ont été collectées par les pharmacies françaises et regroupées par les grossistes répartiteurs avant leur valorisation à des fins énergétiques. Le tonnage réel des MNU (médicaments non utilisés) avec le poids des cartons et des produits de parapharmacie soustraits atteint 12 108 tonnes, soit une progression de + 0,4 % par rapport à 2014. La moyenne nationale correspond à 185 grammes par habitant en 2015.

La plupart de vos clients voyagent certainement en ayant dans leurs bagages et notamment dans leur trousse de toilette ce qu’il faut pour se soigner. Somnifères pour les insomniaques, anxiolytiques pour les angoissés, sirop contre la toux, pilules contraceptives, bref, tout un échantillonnage de produits pharmaceutiques. Des boîtes, pilules, flacons divers, sprays, crèmes, patchs etc…, les femmes de chambre en découvrent tous les jours, oubliés sur les tables de nuit ou dans les salles de bain, ou parfois même dans des endroits incongrus. Bien évidemment, ces produits ne doivent pas être jetés mais triés. Les médicaments présentent des risques importants d’atteinte à l’environnement. Lorsqu’ils sont non utilisés (MNU), ils ne font pas partie des déchets à proprement parlé dangereux, mais les éléments biologiquement actifs qu’ils contiennent peuvent être nocifs quand ils sont rejetés dans le réseau des eaux usés ou lors des émissions de certains modes de traitement.

Lorsque les médicaments non utilisés sont jetés dans les toilettes ou les lavabos, les substances chimiques qu’ils contiennent se dissolvent dans les eaux usées et finissent leurs parcours dans les stations de traitement des eaux. Malheureusement il est très complexe de gérer ce genre de pollution. Dès lors les eaux traitées, qui retournent dans les rivières, ne sont pas totalement exemptes de ces résidus de médicaments et les éco-systèmes aquatiques souffrent de ces transformations, la féminisation avérée des poissons ou la résistance de certaines bactéries en sont des exemples connus.

Pour les médicaments jetés directement dans les sacs poubelle, ils seront retrouvés en décharge, car la France pratique encore beaucoup l’enfouissement des déchets. Même si l’essentiel de ces déchets ne sont pas bien sûr des médicaments, la pollution des sols et des nappes phréatiques augmente significativement et notre éco-système peut-être menacé.

Le circuit d’élimination de ces déchets : le dispositif Cyclamed

Toutes les pharmacies sont dans l’obligation d’accepter les MNU (médicaments non utilisés), à l’exception des produits vétérinaires. Le pharmacien, après avoir effectué un contrôle dépose les médicaments dans des cartons spécifiques marqués au logo"Cyclamed" pour leur collecte. Tous ces cartons une fois remplis seront évacués par un transporteur chargé de les emporter dans l’une des 52 unités d’incinération choisies par l’organisme. Là, ils seront éliminés proprement dans le respect des normes environnementales, dans le cadre d’une valorisation énergétique. Les boîtes en carton contenant les médicaments, sont quant à elles récupérées au cours de la collecte sélective et sont prises en charge par ADELPHE, une filiale d’ECO-EMBALLAGE.

À noter que la distribution humanitaire qui s’effectuait à une certaine époque, est définitivement arrêtée le 31 décembre 2008.

http://www.cyclamed.org



Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales