Accueil > actualités reportages > Comprendre > Slow Food lance une action pour les pollinisateurs lors de la Journée (...)

Slow Food lance une action pour les pollinisateurs lors de la Journée mondiale des abeilles

Aujourd’hui 20 mai, Journée mondiale des abeilles, Slow Food lance l’action internationale « Slow Bees » visant à défendre les pollinisateurs et fournir une résonance, une portée et une visibilité accrues aux menaces rencontrées de nos jours par les abeilles et autres pollinisateurs, les plantes et la biodiversité.

Environ 75 % des cultures alimentaires mondiales sont dépendantes de la pollinisation animale. Selon la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), les espèces actuelles rencontrent un taux d’extinction 100 à 1000 fois supérieur à la normale, en raison des activités humaines. Aspirant à répondre à ces statistiques alarmantes, les militants de Slow Food souhaitent profiter de la Journée mondiale des abeilles pour planter des plantes et arbres issus de l’agriculture biologique dans le but de soutenir les insectes pollinisateurs. La mobilisation mondiale sera lancée en ligne, à l’aide des hashtags #onetreeforahive, #plantoneforpollinators et #slowtreesforbees. « Nous sommes différents groupes citoyens convaincus que parler du monde des abeilles et des pollinisateurs est primordial pour observer, apprendre, mesurer et protéger la biodiversité, tout en mettant en avant les savoirs traditionnels, anciens et autochtones concernant les pratiques agricoles durables. Nous savons qu’une grande quantité de fleurs biologiques sur toute la saison de floraison est un corollaire à des pollinisateurs sains, c’est pourquoi nous invitons la population à agir » nous expliquent l’apicultrice floridienne Jennifer Holmes, la Californienne Terry Oxford et l’Italien Guido Cortese, coordinateur des activités Slow Food pour cette Journée mondiale des abeilles.

Les représentants des États membres de l’UE se rassembleront le 20 mai pour discuter de la mise en place de critères d’évaluation des effets toxiques, à travers le Bee Guidance Document (document d’orientation sur l’évaluation des risques pour les pollinisateurs), développé par l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) en 2013. L’EFSA n’a toutefois appliqué les nouvelles méthodes d’évaluation qu’à trois néonicotinoïdes (imidaclopride, thiaméthoxame et clothianidine), interdits au sein de l’UE en 2018. Jusqu’à ce jour, les gouvernements nationaux européens ont échoué à appuyer l’utilisation du document d’orientation de 2013 dans toutes les autres décisions concernant les pesticides. La Médiatrice européenne a récemment reconnu l’opacité du processus d’adoption de ces nouveaux tests d’évaluation, la Commission ayant refusé de rendre publiques les positions des États membres.

Slow Food défend activement la mise en place intégrale du Document d’orientation et fait partie d’une coalition d’organisations de la société civile demandant aux décideurs de sauver les abeilles et de faire preuve d’une plus grande transparence dans le processus d’évaluation des risques. La dernière action jointe en date s’est tenue le 9 mai dans sept capitales européennes : apiculteurs et groupes environnementaux ont remis une pétition signée par plus de 230 000 Européens à leur ministre de l’Agriculture national, demandant à améliorer le processus de test de tous les nouveaux pesticides au niveau européen. Le groupe Slow Food italien constitué d’apiculteurs et d’activistes a témoigné ces inquiétudes auprès du ministre de l’Agriculture à Rome et, en prévision de la rencontre de Bruxelles, a demandé au gouvernement italien de protéger efficacement les abeilles des pesticides néfastes.

Slow Food s’inquiète qu’en l’absence de règles de sécurité strictes, de nombreux pesticides tueurs d’abeilles continuent d’être utilisés, et que d’autres arrivent sur le marché, rendant ainsi totalement superflue l’interdiction de trois néonicotinoïdes, tant applaudie l’année dernière. C’est une certitude pour Slow Food : pour sauver les abeilles, l’UE ne doit pas proscrire uniquement trois pesticides tueurs d’abeilles, mais la totalité d’entre eux.



Emplois hôteliers

SortirDuPetrole.com

Hotels Econews, 1, rue de Crillon, 92 210 Saint-Cloud. Mail:jfb@hotelseconews.com Copyright hotelseconews.com Mentions légales